Sans prétention ni chichis

WARNING:  SPOILER INSIDE!!!

« Qu’est-ce qu’elle raconte encore??  » C’est peut-être ce que vous allez vous demander en lisant le titre de ce billet  » chronique ». Donc ne partez pas. Pas encore…Avant, il faut que je vous parle du premier tome d’une saga de romance historique écrite par Cassandra O’Donnell, la maman de Rebecca Kean.

J’en ai des choses à dire sur ce livre mais je vais commencer par vous parler de la couverture que je trouve absolument magnifique. Et si plusieurs fois les personnages font penser à Scarlett et Rhett d’Autant en emporte le vent, c’est encore plus flagrant avec cette couv qui mêle Autant en emporte le vent et conte de fées type Cendrillon? Ensuite on va pas se mentir, je l’ai acheté parce que c’était Cassandra qui l’a écrit. Et franchement….je regrette pas une seule seconde. Même si à la fin j’avoue avoir été choquée mais je reviendrais sur cette petite note négative en fin de billet.

Bon, l’histoire est forcément vue et revue, le dénouement aussi. Après tout c’est une romance…Mais pas une seule seconde je me suis emmerdée.  Cassandra a intégré avec brio les codes de la romance historique tout en y apportant sa touche personnelle: un personnage français. Et c’est frais, léger, sans prétention.  J’ai eu les réactions qu’on attend d’un lecteur lors d’une romance de ce type. J’ai:

RI: « Oh ne vous inquiétez pas, Madame Wilks, Morgana vous parlera de ce mariage et de son organisation dès qu’elle sera au courant. »

Couiné: Parce que le bisou arrive rapidement et que Malcolm est malgré tout un gentleman et que je suis qu’une midinette dans le fond

Pesté: Quand il la trompe et qu’elle l’apprend un peu plus tard.

Cassandra a vraiment écrit un premier tome avec toute la fraîcheur qu’on attendait d’elle. Et pourtant, jamais elle n’est tombé dans le cliché. L’héroine sent la vanille tout simplement et pas une fleur bizarre ou une autre odeur farfelue. Le héros ne dit pas à l’héroine qu’elle est étroite et à quel point il est bien en elle. C’est pas vulgaire. C’est mignon et je trouve cette lecture vraiment parfaite pour une saison estivale. Pour une panne livresque aussi, histoire de se remettre en selle tout doucement.

Pour finir, je mettrais juste un bémol à ma chronique positive…Cassandra si tu me lis….Mais qu’est ce qui t’a pris de tuer ce pauvre cheval??? Oui, je sais, il souffrait. Tout ce que tu veux mais moi ça m’a choqué!!!

 

Sans orgueil ni préjugés – Cassandra O’Donnell

Editions J’ai lu pour elle